Rencontres du voyage à vélo le 6 mars

Un temps pour présenter son matériel de voyage, s’informer sur les balades à faire dans le coin, partager ses bons plans pour manger, dormir, transporter sa monture…

À noter : un café voyage se prépare le 7 avril avec Europe Direct des Charentes pour écouter des témoignages de voyageurs et voyageuses à vélo, en France et en Europe.

SAVE YOUR DATE c’est la bourse aux vélos

La prochaine bourse aux vélos est prévue le samedi 27 février 2021 à l’atelier.

ATTENTION, pas d’atelier réparation ce jour-là!

DÉPÔT de vélos le matin // 10H-12H –> règlement à consulter ici

VENTE de vélos l’après-midi // 14H-17H

Tous les vélos sont ‘prêts à rouler’ et les derniers réglages (hauteur de selle, pression des pneus, etc.) pourront être faits directement à l’atelier. Les cyclofficinien·nes serons là pour vous épauler dans votre choix (entre VTT, VTC, et vélo de ville, lequel est le plus adapté à votre pratique, taille, etc.)

Si tu souhaites filer un coup de main le samedi pour installer, accueillir, conseiller, ranger, nous aurons bien besoin de toi, alors inscris-toi en ligne ou envoie-nous un petit mot à cyclofficinedangouleme@gmail.com

Plus d’info sur la page de l’évènement

Si la chambre à air avait 7 vies ?

On a beau la rustiner, des fois vaut-il mieux la changer cette vieille chambre à air. Nous voici donc face à un énorme élastique noir, plein de talc (qu’on trouve aussi sur les fesses des bébés) et de surface exploitable.

Dans la rue, on en voit comme tendeur plus ou moins perfectionné sur les portes bagages, comme porte banane sur cadre, comme maintien de lampes qui inlassablement manquent de tomber ou préfèrent éclairer le dessous du vélo..

Une seconde vie superbement brute et utile.

Et puis, en se penchant dessus on lui trouve tout un tas de vies… Tantôt matière première à la maroquinerie, tantôt support de dentelles ou structure de bijoux, la chambre à air ressuscite aux goûts de tout·e·s.

À l’atelier on en a trouvé quelques unes qu’il vaut mieux ne pas reglisser dans son pneu, alors on en profite pour faire des ateliers récup’ où chacun tente d’apprivoiser ce serpent de butyl, d’élastomère, ou de latex.

Prochain atelier : Samedi 12 décembre de 14h à 16h30 (toutes les infos ici)

BIKE FRIDAY – du 4 au 11 déc.

Ça fait pas mal de temps qu’on répare des vélos, des petits, des grands, de collection, des qui filent, des vélos enfant et tout un tas de pépite. Mais il nous manque les pilotes. Alors si t’as envie de pédaler, mais que tu n’as pas encore de bicyclette, c’est pour toi !

Quant au BLACK FRIDAY, nous on préfère le BIKE FRIDAY, c’est l’occasion de dire OUI aux réparations et OUI aux vélos !

RDV sur notre page BIKE FRIDAY pour réserver le vélo qui te plait, nous contacter et venir l’essayer à l’atelier. On a fait une sélection de vélos prêts à pédaler avec des bons prix fixes.

Le coup de pouce vélo prolongé !

Le coup de pouce réparation c’est une prise en charge de l’état jusqu’à 50€ pour la réparation d’un vélo. Sans avance. Et ce 30 novembre, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a annoncé la prolongation du plan « Coup de pouce vélo » jusqu’au 31 mars 2021.

Comment faire pour bénéficier du coup de pouce réparation ?

  • Se préinscrire en ligne sur le site d’Alvéole
  • Pendre RDV au 07 67 55 68 40
  • Venir à l’atelier – 11 rue Saint-Jean-d’Angely- St-Yrieix-s/-Charente muni·e de son vélo à réparer ET de son téléphone portable.
  • Réparer son vélo dans un superbe atelier !

Pour la santé de toutes et tous : limitons les contacts, pas les sorties!

16 signataires, dont L’Heureux Cyclage, demandent à travers une Tribune presse la levée de la limite d’un kilomètre du domicile pour le motif d’activité physique, comme dans les autres pays européens.

Nous vous la transmettons ci-dessous, en ayant pris soin auparavant de rendre son écriture inclusive.

Alors que le deuxième confinement pourrait durer plus longtemps que le premier, autorisons aux citoyen·nes un accès responsable à l’activité physique individuelle en extérieur. L’usage du  vélo, la marche et le running relèvent de questions de santé publique tant physique que mentale !

Personne ne peut contester la gravité de la crise sanitaire que nous traversons. Il serait irresponsable d’appeler à la désobéissance civile ou à un allégement des restrictions pertinentes en termes de réduction des risques.
Ainsi, la reprise de l’épidémie nous oblige collectivement à accepter des mesures drastiques pour stopper la propagation du virus, afin de limiter le nombre de victimes et éviter l’implosion de notre système de santé.

Nos organisations sont néanmoins vigilantes à une prise en compte globale de la santé, ce qui comprend nécessairement l’accès à la pratique régulière d’une activité physique, indispensable pour la santé physique et mentale, et qui renforce le système immunitaire. Ainsi, nous tenons à rappeler que l’OMS recommande de continuer l’activité physique durant la pandémie.

En ménageant la possibilité d’une activité physique, le décret régissant les règles du second confinement reconnaît cette impérieuse nécessité, en reprenant la même formulation que lors du premier confinement : déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile, liés à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres personnes.

Nous constatons néanmoins que cette formulation n’a pas fonctionné correctement lors du premier confinement : on estime en effet que les Français·es ont pris 2,5 kg de poids en moyenne, et les professionnel·les ont constaté une dégradation de la santé psychologique en lien direct avec l’enfermement.

Il est désormais établi que la pratique individuelle en extérieur expose peu au virus. Ainsi, une pratique en extérieur présente bien moins de risques qu’en intérieur, et quand elle est individuelle, le risque de contamination devient quasi nul. Ce qu’il faut éviter, ce sont les regroupements denses, a fortiori en intérieur.

Nous comprenons la nécessité de limiter autant que possible les sorties, mais uniquement dans le but d’éviter les regroupements. Ainsi, la restriction de distance nous semble totalement contre-productive. En effet, elle entraîne de nombreux effets pervers :

  • Le rayon d’un kilomètre rend la pratique peu attractive, voire désagréable, là où il faut au contraire l’encourager, en particulier pour les personnes atteintes de maladies chroniques.
  • Par ailleurs, en zone dense, la limite d’un kilomètre favorise les regroupements dans les rares espaces verts. Une levée de la restriction permettrait aux citoyen·nes mobiles de pratiquer ailleurs et ainsi laisser le bénéfice de ces espaces verts de proximité à celles et ceux qui sont moins mobiles.
  • Il est établi que l’accès à la nature participe à l’équilibre psychique des individus. Être en mesure de s’exposer à des grandes aires boisées ou enherbées n’est pas toujours possible dans un rayon d’un kilomètre.
  • Les forces de l’ordre chargées du contrôle du confinement doivent appliquer des règles simples et incontestables. Les usager·es du vélo et des autres modes actifs, particulièrement si elles et ils ont l’habitude d’être équipé·es de manière sportive pour se rendre à leur travail ou effectuer leurs courses essentielles pourraient être soupçonné·es de mentir sur le motif de leur déplacement afin de s’affranchir de la limite d’un kilomètre. Ainsi, lors du premier confinement, de nombreuses et nombreux marcheur·euses, coureur·euses à pied ou usager·es du vélo ont été abusivement verbalisé·es à cause d’une mauvaise compréhension du décret par les forces de l’ordre (comme confirmé par l’ordonnance du Conseil d’Etat du 30 avril 2020 suite au référé-liberté de la FUB). En effet, les mobilités actives, – usage du vélo, marche et le running dans toutes ses formes – ont la particularité de permettre à la fois une activité physique de qualité et un déplacement efficace, sans risque de contamination.

Pour toutes ces raisons, nous demandons la levée de la limite d’un kilomètre du domicile pour le motif d’activité physique, comme dans les autres pays européens.

Nous ne doutons pas que nos concitoyen·nes, soucieux·euses d’éviter la propagation du virus, sauront appliquer intelligemment cette règle et éviter tout regroupement, principal facteur de propagation du virus.

Vous pouvez retrouver la Tribune en format PDF en cliquant ici.

La Cyclofficine d’Angoulême est membre de L’Heureux Cyclage.

Atelier confiné

L’atelier reste ouvert dans le respect des normes sanitaires :

  • chacun·e ses outils, et désinfection après chaque utilisation
  • port du masque obligatoire
  • pas plus de 2 personnes à la fois
  • pour des réparations nécessaires uniquement, et un usage utilitaire

Les permanences sont assurées par Marion, notre salariée.

Pour venir, vous devez vous munir d’une attestation de déplacement dérogatoire en cochant la deuxième case : « Déplacements pour effectuer des achats de première nécessité dans des établissements dont les activités demeurent autorisées ».

Merci de votre compréhension!

Cyclistes, brillez!

Les jours raccourcissent, pensez à être visible quand vous circulez à vélo : voir et être vu·e, c’est vital!

En partenariat avec Vélocité de l’Angoumois, la Sécurité Routière et GrandAngoulême, la Cyclofficine lance sa campagne de sensibilisation à l’éclairage du 15 octobre au 5 novembre :

  • tous les jeudis soir, nous nous retrouvons à des points stratégiques de passage de cyclistes pour un comptage des cyclistes de nuit et la vérification du système d’éclairage et de visibilité
  • pendant les ateliers de réparation au local : installation de catadioptres, réparation d’éclairage, don de lumières

Nous avons également différents systèmes d’éclairage à vous montrer : dynamo sur pneu, dynamo dans le moyeu, à recharge USB, à piles, magnétiques… il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses 🙂

Grande vente et bourse aux vélos le samedi 17 octobre

La prochaine grande vente de vélos réparés par les bénévoles de l’association aura lieu le samedi 17 octobre de 14h à 17h à l’atelier, 11 rue de Saint-Jean d’Angély.

Nous avons besoin de monde pour accueillir, conseiller, encaisser les ventes, ranger avant et après… c’est toute une opération 🙂 Alors si tu as un peu de temps, viens nous aider!

Cette grande vente sera un peu spéciale, puisque nous avons décidé cette fois-ci de l’ouvrir aux personnes qui souhaitent vendre leur propre vélo, en se basant sur le fonctionnement d’une bourse aux vélos :

  • le matin : les vélos à vendre sont déposés à l’atelier ; le/la propriétaire fixe le prix de vente
  • l’après-midi : l’association s’occupe de la vente du vélo et prend une commission en fonction du prix de vente
  • en fin d’aprem : le/la propriétaire vient récupérer son chèque ou son vélo s’il n’a pas trouvé preneur

Pensez à venir à pied ou à vélo 🙂 Si vous venez en voiture merci de vous garer rue de Saintes ou rue de Royan, il n’y a pas de stationnement devant l’atelier!

Les vélos à vendre par la Cyclofficine sont issus de dons ou de collectes en déchèterie, et réparés par ses bénévoles. Un vélo adulte est vendu entre 50 € et 90 €. Il est possible d’utiliser le coup de pouce vélo réparation, à hauteur de 50% du prix de vente, dans la limite de 50€ par vélo.