Horaires et fonctionnement de rentrée

Fin des vacances, nouveaux horaires et fonctionnement de l’atelier!

Deux infos à retenir :

1) Les places de réparation sont limitées, pense à réserver un créneau par téléphone…

2) C’est le grand retour du temps de bricolage collectif pour l’asso le mardi aprem : on a grand besoin de s’occuper des vélos donnés en démontant les plus abîmés, réparant les plus jolis, créant des ORNI (objets roulants non identifiés) donc VIENS NOUS AIDER!

Et puis toujours : pas d’ouverture sans bénévoles 🙁 alors quand as fini de bichonner ton vélo, pense aux autres et inscris-toi pour ouvrir une permanence 🙂

Pour s’inscrire comme bénévole: https://lite.framacalc.org/9hqh-benevolescycloangouleme

À très bientôt!

Planning d’été des bénévoles

Y aura-t-il des bénévoles pour tenir l’atelier aujourd’hui ? Vous pouvez vérifier le planning auto-géré !

https://lite.framacalc.org/9hqh-benevolescycloangouleme/form

❗️Certain·es bénévoles ne s’inscrivent qu’au dernier moment, voire pas du tout❗️même si la case est vide, on peut toujours tenter sa chance…

Pour s’inscrire comme bénévole: https://lite.framacalc.org/9hqh-benevolescycloangouleme

Mieux vaut être 2 bénévoles minimum pour gérer correctement un atelier !

Grande vente de vélos samedi 27 juin de 14h à 17h

La Cyclofficine vend les vélos réparés par ses bénévoles : vélos de ville, de route ou VTT, il y en a pour tous les goûts et tous les âges!

Il est possible d’utiliser le coup de pouce de 50€ pour acheter un vélo, si celui-ci va vous servir pour des déplacements, et pas uniquement pour des balades (ça vaut aussi pour les enfants!). Plus d’infos : https://coupdepoucevelo.fr/auth/particulier/faire-reparer

Les vélos en état de rouler sont vendus au prix du marché de l’occasion et aident à financer les activités de l’association.

Ils roulent, ce qui ne veut pas dire qu’ils sont dans un état parfait, ou qu’ils possèdent tous les éléments obligatoires dans le code de la route, à savoir : catadioptres jaunes sur les roues et les pédales, catadioptre blanc à l’avant, catadioptre rouge à l’arrière, lumière blanche à l’avant, lumière rouge à l’arrière, sonnette.

Vélos enfants :

  • moins de 16″ : 5 à 15 €
  • 16″ : 20 à 30 €
  • 20″ : 30 à 40 €
  • 24″ : 40 à 60 €

Vélos adultes :

  • vélos de course : à partir de 50 €
  • randonneuse : à partir de 60 €
  • VTT (26″) : à partir de 60 €
  • vélos de ville (28″) : à partir de 70 €
  • vélos de ville anciens (26″/650) : à partir de 40 €
  • vélos hollandais : à partir de 60 €

RAPPEL : les vélos non réparés sont vendus à prix libre aux adhérent·es tout le reste de l’année.

Fête de la pente et de la côte

Lundi 1er juin

Pour la Pentecôte, la Cyclofficine t’invite à la fête de la pente et de la côte, au programme :
– un petit atelier de réparation pour régler les dérailleurs, indispensables à une bonne montée et les freins, indispensables à une bonne descente
– pique-nique partagé avec distanciation physique d’un vélo entre chaque personne
– balade à vélo où les participant·e·s nous font découvrir leurs collines favorites
– concours de lenteur en montée
– élection de la meilleure pente et de la meilleure côte d’Angoulême

Rendez-vous à 11h à l’endroit d’où s’est envolé le fou volant, avec ton vélo et ton ravitaillement
Rendez-vous pour la balade digestive à 14h30 au même endroit

Réouverture de l’atelier et coup de pouce réparation

Les permanences à l’atelier de la Grande Pompe, 11 rue de Saint-Jean d’Angély, reprendront le 18 mai, avec quelques changements dans le fonctionnement.

Limitation du nombre de réparateur·rices à l’atelier

Nous limitons le nombre de personnes pouvant être présentes dans l’atelier et à l’extérieur, afin d’assurer une distance de 2 mètres entre chaque pied de réparation.

Si vous venez réparer votre vélo ou acheter un vélo à réparer, nous vous conseillons de réserver un créneau en nous téléphonant au 07 67 55 68 40. Si vous n’avez pas réservé de créneau, et qu’il n’y a pas de place, vous devrez revenir une autre fois, désolé·es.

Limitez-vous autant que possible aux réparations nécessaires au bon fonctionnement de votre vélo.

Horaires étendus

Nous adaptons nos horaires pour avoir plus de créneaux de réparation :

  • lundi 18h – 21h
  • mardi 14h – 18h
  • mercredi 18h – 21h
  • jeudi 14h – 18h

Gestes barrière

Lavez-vous les mains en arrivant à l’atelier, et aussi souvent que vous le voulez/pouvez.

  • Nous vous recommandons de vous frotter les mains pendant 20 secondes au moins en n’oubliant pas entre les doigts, et les poignets.
  • Lavez-vous les mains avant et après être allé·e aux toilettes et avant de vous toucher le visage ou de toucher votre téléphone portable.
  • Le port de gants n’est pas recommandé et même déconseillé. Il est plus facile de vous laver les mains régulièrement que de laver des gants…

Vous devez absolument porter un masque. Nous ne pouvons hélas pas vous en fournir.

  • Le masque doit couvrir la bouche et le nez. Vérifiez qu’il est bien ajusté avant de venir.
  • Nous vous recommandons de ne pas toucher le masque ni votre visage (de toutes façons vous aurez les mains sales !).
  • Notre salariée et nos bénévoles porteront également un masque évidemment.

Tenez-vous à un mètre les un·es des autres (ce qui nécessite un minimum d’autonomie dans les réparations).

Laissez les portes ouvertes et les lumières allumées pendant la permanence.

Évitez au maximum de manipuler les bacs de pièces et de partager les outils. Chaque stand de réparation possède un kit d’outils courants, pour les outils spécialisés et les pièces de rechange, merci de vous adresser aux bénévoles. De l’alcool ménager est à disposition en spray si vous souhaitez désinfecter vos outils.

Pour régler pièces et adhésion, privilégiez le règlement par chèque ou en ligne via HelloAsso. Si vous réglez en espèces, faites d’appoint.

Nous vous demandons de ne pas venir à l’atelier si vous présentez des symptômes ou si vous pensez être contagieux·se.

Coup de pouce réparation

Le gouvernement a lancé un plan pour aider à la réparation des millions de vélos qui dorment dans les caves et les garages, et pour vous inciter à utiliser votre vélo pendant la crise sanitaire : le Coup de pouce vélo – Réparation

Est-ce que je pourrais utiliser les 50 € de « coup de pouce vélo » à la Cyclofficine ?

Oui, dès le 18 mai.

Comment est-ce que ça fonctionne ?

  1. Vous pouvez vous pré-inscrire sur le site coupdepoucevelo.fr, mais ce n’est pas obligé
  2. Vous venez à l’atelier avec votre vélo à réparer, votre téléphone portable et un justificatif d’identité
  3. Nous finalisons ensemble l’inscription
  4. Vous adhérez à l’association
  5. Vous réparez votre vélo (ou celui que vous venez d’acheter à l’atelier)
  6. Vous ne réglez que ce qui ne rentre pas dans le coup de pouce

Prévoyez un peu plus de temps si vous comptez utiliser ce dispositif : la procédure de paiement à l’atelier prendra entre 10 et 20 minutes de plus qu’un paiement par chèque ou espèces.

Attention : si le vélo a déjà été réparé dans le cadre du coup de pouce vélo, même chez un autre réparateur, vous ne pourrez pas bénéficier des 50 € et vous devrez payer les réparations vous-même.

Comment m’inscrire ?

Il faudra vous inscrire sur la plateforme coupdepoucevelo.fr avant de venir à l’atelier, ou à l’atelier. Vous devrez fournir :

  • Une pièce d’identité (carte d’identité valide, passeport, permis de conduire ou carte de séjour)
  • Un numéro de téléphone pour recevoir le SMS de confirmation lors du paiement à l’atelier
  • Un justificatif de domicile si vous êtes étranger·e

Pour les mineurs, c’est le responsable légal (parent) qui doit faire l’inscription.

Le coup de pouce vélo paye quoi ?

  • La cotisation à l’association
  • Les pièces détachées neuves ou d’occasion nécessaire à l’entretien ou la réparation de son vélo

Les accessoires, antivols, casques, porte-bagage, etc. ne seront pas éligibles. Les vélos d’occasion non plus, à part la main d’œuvre qui a été nécessaire pour les réparer.

Le fonctionnement de l’association ne change pas : la cotisation, les pièces d’occasion et les vélos à réparer sont à prix libre.

Et si ma facture dépasse 50€ ?

Si vous devez payer plus de 50 €, le reste sera à votre charge (à payer en espèces, par chèque ou sur HelloAsso).

Puis-je réparer mon vélo plusieurs fois?

Non, le coup de pouce ne permet de réparer un vélo qu’une seule fois. Mais il est possible de le réparer en plusieurs séances, c’est-à-dire le laisser à l’atelier si les réparations ne sont pas finies. Le coup de pouce sera utilisé au moment où le vélo est prêt à rouler.

En revanche, puisque vous êtes devenu·e adhérent·e de la Cyclofficine, vous pourrez, comme tous les adhérent·es, revenir à l’atelier entretenir et réparer votre vélo (à vos frais) tout au long de l’année.

Puis-je utiliser le coup de pouce pour plusieurs vélos?

Oui, chaque vélo a droit a un coup de pouce de 50 €.

Le programme a été prévu pour remettre en état des vélos qui vont servir pour les déplacements utilitaires, il ne peut donc pas être utilisé pour réparer des vélos pour les revendre, réparer son vélo de loisirs, et est limité aux vélos dont les roues font 16 pouces ou plus (= vélos à partir d’environ 4 ans).

Vous pouvez utiliser plusieurs coups de pouce pour réparer les vélos de chacun de vos enfants par exemple.

Puis-je acheter des pièces seules ?

Non, ces 50 € sont réservés à la remise en état d’un vélo, il faut donc venir avec un vélo à l’atelier, il n’est pas possible de juste acheter des pièces détachées seules.

Interpellation de nos élu·e·s pour un déconfinement favorable à la marche et au vélo

petersburger

Cet article est susceptible d’évoluer suivant l’actualité et les réflexions du collectif.

Les mesures de confinement ont entraîné un effondrement du trafic individuel motorisé. L’espace libéré offre des possibilités d’aménagements cyclables temporaires pour les cyclistes qui sont obligé·es de se déplacer.

Le 24 avril, nous, collectif de citoyen·es et d’associations, avons interpellé nos élu·es au sujet de l’opportunité de repenser les déplacements en faveur des modes actifs (marche, vélo) pendant la période de déconfinement : cela nous semble incontournable pour empêcher le retour de la pollution, aider à garder la distanciation sociale (qui sera difficile dans les transports en commun ou sur des trottoirs étroits) et permettre d’avoir une activité physique.

Ce réajustement de l’usage de l’espace public peut prendre plusieurs formes qui sont complémentaires. Elles peuvent être mises en place temporairement, mais aussi servir de test pour les pérenniser ou permettre un réajustement suivant les retours constatés.

Cet appel est soutenu par : Vélocité de l’Angoumois, Cyclofficine d’Angoulême, À Portée de Mains, la Charente se bouge pour la planète, collectif Collapsologie Charente, Sisyphe Vidéo, les Petits Débrouillards Nouvelle-Aquitaine Nord, les Amis du monde diplomatique Charente, collectif Ruelle en commun.

Élargir les trottoirs pour permettre le croisement des piétons

Pour permettre de maintenir la distanciation sociale, le Cerema recommande une largeur de trottoir de 2,5 m. Dans des rues ou les flux piétons sont très importants (magistrales piétonnes, grands boulevards, rues touristiques …) ou bien à proximité d’équipements, il est préférable de dimensionner encore plus généreusement les espaces dédiés aux piétons.

https://www.cerema.fr/sites/default/files/styles/uas_narrow/public/images/paragraph/2020/04/schemas_jl_1201x901_b_0.jpg?itok=tdFWoLdE

Pour cela, on peut commencer par appliquer la loi (décret n° 2015-808 du 02 juillet 2015) en supprimant le stationnement à moins de 5 mètres en amont d’un passage piéton, et tout stationnement qui pourrait permettre le stockage des files d’attentes devant les commerces.

trottoirs elargis provisoirement

Donner la priorité aux piétons sur les voitures

  • Créer des zones de rencontres qui donnent la priorité aux piétons puis aux vélos sur la circulation motorisée. Elles seraient utiles partout où les trottoirs sont trop étroits ou dans les rues commerçantes.
Zones de rencontre
  • Fermer des rues à la circulation motorisée à certains moments de la journée.
Exemples de fermetures temporaires de rues

Réduire le nombre de voies motorisées

Le trafic ayant sensiblement baissé, on constate que les grands axes de circulation sont peu utilisés. Or ce sont eux qui permettent de rejoindre facilement les zones utiles : commerces, hôpitaux, établissements scolaires, zones d’activité. La réserve d’espace générée peut être mise rapidement à profit pour créer des espaces larges et sécurisés, mais également réversibles, pour les cyclistes qui doivent continuer de circuler. La réserve d’espace générée peut être mise rapidement à profit pour créer des espaces larges et sécurisés, mais également réversibles, pour les cyclistes et piétons qui doivent continuer de circuler.

2X1

Cela marche aussi en supprimant le stationnement latéral, la place libérée pouvant servir de piste cyclable ou de trottoir.

Créer des grands itinéraires cyclables continus

Ce sont très souvent les discontinuité dans les aménagements qui freinent la pratique du vélo. Il est donc important d’aménager l’ensemble d’un parcours en se concentrant sur le traitement des « points noirs » : ronds-points, carrefours, voies étroites.

Nous avons la chance à Angoulême d’avoir un schéma cyclable d’agglomération qui a été voté par GrandAngoulême en 2016 et qui identifie des itinéraires prioritaires. Les différentes communes sont en charge d’aménager ces itinéraires, mais ceux-ci sont rarement pris en compte lors des travaux de voirie, et n’ont donc pas beaucoup avancé depuis 3 ans. La situation actuelle peut être une opportunité d’accélérer les choses.

Voir en plein écran

Une deuxième étape sera d’inclure l’ensemble des 38 communes de l’agglomération. Le caractère rural de ces communes entraîne des problématiques différentes, avec un enjeu par rapport aux routes départementales pour pouvoir les relier entre elles.

Faciliter l’acquisition et l’entretien des vélos

Un ménage sur deux possède un vélo, mais l’utilise rarement. Ces vélos dormants auraient tout intérêt à être ressortis et remis en état de rouler. En effet, il ne faudrait pas que la situation actuelle provoque une ruée vers les vélos neufs alors que de nombreux vélos pourraient être remis en circulation à peu de frais.

Différentes actions peuvent être facilitées ou organisées :

  • des bourses aux vélos
  • des ateliers de réparation mobiles
  • des collectes de vélos inutilisés en pied d’immeuble et dans les déchèteries
  • de la location de vélos de courte ou moyenne durée, y compris les vélos de particuliers

Lutter contre le vol de vélos

  • mettre en place des stationnements vélo amovibles
  • faciliter l’acquisition d’antivols (achats groupés, bons de réduction)
  • inciter au marquage des vélos

Pour aller (encore) plus loin

Assemblée générale confinée

La Cyclofficine d’Angoulême a le plaisir de vous inviter à son

assemblée générale
le 6 mai 2020 à 19h

Au vu de la situation sanitaire, elle se tiendra à « huis clos », c’est à dire en visioconférence, en attendant de pouvoir faire une belle fête dès que nous pourrons nous retrouver tou·tes ensemble. Les adhérent·es recevront un lien pour se connecter avec l’application Zoom quelques jours avant l’assemblée.

L’ordre du jour est le suivant :

  • Présentation et discussion des rapports 2019

Installez-vous confortablement dans votre canapé pour lire tranquillement les rapports dès maintenant : le rapport d’activité est ici, le rapport financier est là. Si vous avez des questions ou des remarques, vous pouvez les envoyer par email, elles seront abordées pendant l’AG.

  • Vote du rapport d’activités 2019
  • Vote du rapport financier 2019
  • Discussion sur les perspectives et envies pour 2020
  • Élection des administratrices et administrateurs de l’association

Qu’est-ce que ça veut dire être administrateur ou administratrice? c’est un engagement qui peut prendre différentes formes : représenter l’association auprès de nos partenaires ou de la presse, assurer le suivi administratif (banque, salariat, budget, compta, conventions… bref, surtout signer des documents!), s’occuper d’une thématique particulière (promotion du voyage à vélo, ateliers mobiles, couleur du papier toilette, formations, recherche de locaux, achats d’outils…). Il faut au moins 3 personnes, mais le calcul est simple : plus on est, et plus le boulot est réparti!

Si vous ne pouvez pas être présent·e, vous pouvez donner pouvoir à une autre personne pour vous représenter en nous le signalant par email.

L’assemblée est publique, mais seules les personnes à jour de cotisation peuvent voter : pensez à régler votre cotisation en ligne ou par chèque.
À très vite!

Le vélo au temps du coronavirus

Le Ministère des Transports rappelle que l’usage du vélo est autorisé pendant le confinement, comme moyen de locomotion sans limite de distance ni de temps, ou pour se dégourdir les jambes dans la limite d’une heure par jour dans un rayon d’1 km autour de chez soi.

L’Allemagne encourage même sa pratique pour lutter contre la propagation du coronavirus : https://reporterre.net/Contre-le-coronavirus-les-Allemands-pedalent.

Pour vous aider à vous déplacer à vélo, et en attendant la réouverture de l’atelier, la Cyclofficine a mis en place des mesures exceptionnelles :

  • les vélos réparés sont à vendre sur RDV, pour un usage utilitaire uniquement
  • les petites réparations et la vente de pièces est possible sur RDV, pour un usage utilitaire uniquement
  • nous n’accepterons qu’une seule personne à l’atelier au même moment, en appliquant les gestes barrière. Nous mettons à disposition des gants à usage unique et de quoi se laver les mains.

Vous pouvez prendre contact avec Marion, notre salariée, au 07 67 55 68 40 ou par email.

Bilan de la politique cyclable à Angoulême 2014-2020

Le 4 mars sur France 3, le maire d’Angoulême Xavier Bonnefont, disait :

« Il y avait très peu de pistes cyclables quand je suis arrivé aux affaires ici à Angoulême. […] Six ans après il y en a près de 4 kilomètres, sans compter celles qui ont été faites dans le cadre du réseau BHNS et du transport public. »

Nous nous proposons de profiter des élections municipales et de la publication du Baromètre des villes cyclables pour aller plus loin et faire un petit bilan de ce qui a été fait lors de ce mandat, de le confronter au ressenti des usagers du vélo à Angoulême et d’analyser le programme des différentes listes.

Aménagements

Bandes et pistes cyclables

Depuis 1996, la Loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie (LAURE) stipule que :

À l’occasion des réalisations ou des rénovations des voies urbaines, à l’exception des autoroutes et voies rapides, doivent être mis au point des itinéraires cyclables pourvus d’aménagements sous forme de pistes, marquages au sol ou couloirs indépendants, en fonction des besoins et contraintes de la circulation. L’aménagement de ces itinéraires cyclables doit tenir compte des orientations du plan de déplacements urbains, lorsqu’il existe.

Dans la réalité, cette loi est rarement appliquée, ce qui explique le faible nombre d’itinéraires cyclables présents sur des voiries qui ont été refaites depuis 1996.

À Angoulême avant 2014, il existait 8 km de pistes et bandes cyclables, et 1,5 km de voie verte. Entre 2014 et 2020, 8 km supplémentaires de pistes et bandes cyclables ont été réalisés, dont 5,1 km par GrandAngoulême dans le cadre des travaux du BHNS et du Pôle Multimodale de la gare. Donc seulement 2,9 km par la ville d’Angoulême.

NB : Certaines rues n’ont été aménagées que d’un côté (bande cyclable montante). Nous les avons donc comptées comme des rues 1/2 aménagées, donc divisé par 2 la longueur réalisée. Il s’agit de portions de la rue de Bordeaux et de la rue de Saint Roch à Lunesse.

NB2 : une bande cyclable a été supprimée rue de Périgueux. Nous l’avons comptée en négatif.

Doubles-sens cyclables

Les double-sens cyclables autorisent les cyclistes à emprunter les voies à sens unique dans le sens inverse de la circulation. Depuis 2008 (complété en 2016), ils sont obligatoires dans toutes les zone de rencontres et zone 30. Le projet de loi d’orientation des mobilités prévoit qu’ils soient également obligatoires dans toutes les rues limitées à 50 km/h. Très peu coûteux, ils ne nécessitent que quelques panneaux de signalisation, et parfois de créer des zones de refuge en supprimant une place de stationnement de temps en temps.

À Angoulême, les double-sens cyclables sont encore anecdotiques : 2 rues en 2014, 6 en 2019. Aujourd’hui moins de 5% des voies à sens unique sont équipées d’un double-sens cyclables. Le passage en double-sens cyclable de toutes les rues à sens unique d’Angoulême représenterait 47 kilomètres de voirie aménagée pour les cyclistes.

Stationnements

De nombreux arceaux ont été installés ces dernières années, au fil des demandes des riverains ou des associations de défense des cyclistes. Mais un certains nombre ne sont pas indiqués comme tels (seulement 10 panneaux sur 66 parkings début 2019), et aucune carte de la Ville ne les référence (on trouve une liste de 14 parkings vélo sur le site de la mairie). Il est donc difficile de les localiser, d’autant qu’ils sont souvent cachés par des voitures en stationnements, ou utilisés par les 2 roues motorisés.

Malgré les efforts des services de la ville, la demande en stationnement reste grande, et les demandes sont nombreuses aux abords des écoles et des lieux publics.

Cédez-le-passage cycliste

Le cédez-le-passage cycliste donne la possibilité aux cyclistes, à un feu de circulation, de continuer leur route alors même que le feu est rouge, après avoir cédé le passage à tous les autres usagers. Présent dans le code de la route depuis 2012, il est arrivé à Angoulême en 2016. 17 carrefours ont été équipés, avec une bonne communication par la Ville (presse, site internet de la mairie).

Angoulême: les cyclistes peuvent passer au rouge

Sas vélo

Bien qu’ils existent dans le code de la route depuis 2001, les premiers ne sont apparus à Angoulême qu’en 2019 au carrefour Barrouilhet. Ils sont maintenant obligatoires sur tous les nouveaux carrefours à feu, mais les travaux du BHNS ne l’ont pas encore intégré. Aucune communication en direction des automobilistes (ni des cyclistes) n’a été effectuée, et ils ne sont pas toujours respectés.

Schéma des itinéraires

Sur la ville d’Angoulême, certaines voies ont été désignées pour être aménagées en priorité afin de relier facilement toute la ville et les communes voisines. Elles sont référencées dans un Schéma Cyclable d’Agglomération qui a été voté par GrandAngoulême et Angoulême en 2016.

Sa réalisation est passée de 26% à 55% entre 2014 et 2020 (aujourd’hui 13,8 km sont aménagés sur les 25,4 km prévus). Sur cette période, GrandAngoulême en a réalisé deux fois plus qu’Angoulême, via l’aménagement du parvis de la gare ou les travaux du BHNS.

Il n’existe pas aujourd’hui de plan vélo pour la ville d’Angoulême.

Services

La Ville d’Angoulême ne propose pas de services aux cyclistes, que ce soit pour la réparation de vélos, l’apprentissage du vélo ou la location (le service de location longue durée Mobilicycle est géré par GrandAngoulême). Néanmoins elle soutient financièrement la Cyclofficine pour ses actions dans la ville.

Il faut également signaler le service d’Allô Mairie qui se révèle bien pratique pour signaler nids de poule, carrefours dangereux ou manque d’aménagements!

Le ressenti des cyclistes

Angoulême gagnée par la grande vague du vélo urbain, titrait la Charente Libre en septembre 2019. Plus de cyclistes, oui sûrement, mais dans quelles conditions roulent-ielles?

L’exemple de la rue de Bordeaux au carrefour Barrouilhet

Lors de la première édition du baromètre des villes cyclables, en 2017, l’endroit le plus problématique pour les cyclistes (question ouverte) était la rue de Bordeaux, loin devant le centre-ville et le rond-point de Girac. En effet cette axe très passant d’Angoulême, en plus d’être fréquemment emprunté par les cyclistes pour se rendre à la gare, dans les différentes écoles de l’image ou au centre-ville, était en mauvais état et sans aucun aménagement cyclable ni dispositif pour ralentir la vitesse des véhicules.

La partie sud de la rue de Bordeaux, entre le séminaire et Girac, a été aménagée grâce aux travaux du BHNS, mais est globalement critiquée par les cyclistes qui lui reprochent d’alterner les pistes (sur trottoir) et bandes (sur route) et d’avoir un revêtement désagréable.

La partie nord, en particulier au niveau du CIBDI, était très dégradée, avec des nids de poule qui obligeaient à rouler au milieu de la chaussée. La Ville a donc refait la chaussée en août 2018 – non pour la sécurité des cyclistes, mais pour le confort des bus et des automobilistes – mais sans y inclure d’aménagements cyclables. Ce sont les cyclistes qui ont dû insister lourdement pour que leur demande soit entendue et qu’y soit réalisée une bande cyclable. Ils n’ont qu’à moitié été entendus : il n’y a qu’une bande dans le sens montant et la vitesse n’a pas été abaissée là où elle est absente.

La circulation et le stationnement automobiles sont prioritaires dans la tête des élu·es, et les travaux se font donc dans cet esprit, au détriment des modes de transports actifs.

Sud Ouest, juillet 2014 : « Nous sommes dans le flou », confirme Véronique de Maillard, adjointe à la vie quotidienne et aux travaux. « Une fois Mobilix revu, on fera des choix entre le stationnement des voitures et le vélo. Des pistes ou bandes cyclables seront installées dès que ce sera possible »

Le baromètre des villes cyclables 2019

En 2019, 141 cyclistes ont répondu à l’enquête de la Fédération des Usagers de la Bicyclette à propos de leur ressenti à Angoulême.

Resume

Quelques explications.

Points forts :

  • les conflits cyclistes/piétons sont rares : normal, il existe peu de pistes cyclables sur lesquelles les piétons pourraient s’égarer. On tempérera cependant avec le cas de la rue Hergé, rue piétonne qui autorise le vélo à l’allure du piéton, très utilisée par les cyclistes à une vitesse parfois excessive aux yeux des piétons.
  • les magasins de réparation vélo sont présents : le seul magasin de vélo qui puisse réparer un vélo de ville sur Angoulême à fermé en 2020. Pour réparer son vélo, il faut donc en réalité sortir d’Angoulême, mais alors les offres sont assez nombreuses. La présence de la Cyclofficine est également à prendre en compte dans ce ressenti.
  • la location de vélos est facile : c’est le cas pour la location de longue durée, grâce à Mobilicycle. Il n’existe cependant sur Angoulême aucun service, public ou privé, de location de courte durée.
  • les vols de vélos sont rares : logique, moins la pratique du vélo est développée, moins il est tentant de les voler! Profitons-en!

Points faibles :

  • le stationnement vélo en gare et arrêts de transports en commun : entre 2017 et 2019, le parking vélo sécurisé mis en place à la gare a été enlevé le temps des travaux de la passerelle. Seuls quelques arceaux ont été ajoutés tardivement pour compenser ce service.
  • l’entretien des itinéraires cyclables : les quelques pistes en services vieillissent et sont en mauvaise état, les arbres qui les bordent ne sont pas taillés (boulevard de Bigorre, boulevard Jean Monnet).
  • le stationnement des véhicules sur les itinéraires cyclables : les nouvelles pistes et bandes nécessitent un temps d’adaptation des riverain·es, qui ne comprennent pas immédiatement qu’illes ne peuvent plus stationner devant leur maison. La situation devrait s’améliorer avec l’habitude.
  • les double-sens cyclables généralisés : c’est un gros point faible de la ville, qui possède de nombreuses rues en sens uniques qui n’ont pas été aménagées
  • la ville est à l’écoute des cyclistes : …

Les commentaires libres donnent aussi quelques indications sur le ressenti et les attentes des cyclistes.

Commençons par les points négatifs :

  • un manque de services vélo (23 commentaires) : peu d’arceaux et parkings sécurisés accessibles facilement, pas de service de location de courte durée, peu d’infrastructures cyclables, pas de liens avec les communes limitrophes, un temps d’attente pour la location trop long
  • des infrastructures mal conçues (23 commentaires) : un manque de signalisation et de concertation avec les usagers, un revêtement pas confortable, des insertions dangereuses, des pistes courtes avec trop de retours sur la route, des pistes mal conçues, mal sécurisées et pas éclairées
  • des incivilités de la part des autres usagers (10 commentaires) : une vitesse élevée, des véhicules très peu tolérants voire méprisants, des insultes fréquentes, du stationnement sur les pistes, sur les trottoirs et un non-respect du stationnement alterné
  • une ville compliquée pour le vélo (22 commentaires) : des ronds-points accidentogènes, des rues étroites, des nids de poule, un relief important, un ressenti de danger et de stress
  • un manque de volonté politique de développer le vélo (25 commentaires) : une priorité donnée à la voiture et au stationnement, peu d’évolution, un PDU non appliqué, pas de continuité des itinéraires, des pistes pas entretenues, un investissement de la ville presque inexistant, pas de vision à moyen terme, un manque de connaissances vélo des élus et techniciens, des changements peu cohérents

Les ressentis positifs sont tout de même présents (17 commentaires) : un tête arrive le développement du VAE, qui permet de vaincre le relief et les distance, et le développement de l’usage du vélo, puis viennent des rues piétonnes sures, de nouveaux itinéraires et un aménagement en progression, un effort fait par les collectivités, un vrai potentiel avec des zones remarquables, certains collaborateurs du maire plus sensibilisés.

Une note d’espoir tout de même : timidement, la municipalité commence à remettre en question le tout voiture, comme le note sur son blog Olivier Razemon, journaliste du Monde, en avril 2019 :

À Angoulême, une municipalité qui s’est distinguée par une politique très favorable à la voiture à son arrivée en 2014, « on commence à voir des commerçants qui nous demandent de piétoniser certains quartiers », témoigne Véronique de Maillard, adjointe aux travaux et à la vie quotidienne. Cette évolution fait suite à la piétonisation du centre-ville lors du festival de bande dessinée, afin d’intégrer le risque d’attentat à la voiture bélier. « Ils se sont rendus compte que ce n’était pas la voiture qui apportait le plus de clients », précise l’élue.

Une position reprise en mai 2019 dans la Charente Libre :

La Ville veut expérimenter une journée sans voiture sur le Plateau. « La piétonnisation de la Ville est une demande croissante des Angoumoisins et de certains commerçants, atteste Véronique de Maillard, adjointe en charge de la vie quotidienne. On partirait sur un samedi “test”. Mais cela demande encore une concertation, notamment avec la Société de transport du GrandAngoulême (STGA). »

Perspectives

L’association Vélocité de l’Angoumois a sollicité les différent·es candidat·es d’Angoulême sur le thème du déplacement à vélo.

Nous nous sommes mobilisés pour rencontrer les candidats aux élections municipales. À partir d’un document support construit en interne, nous avons abordé les thématiques du cadre de vie, écologie, mobilité. Les résultats sont présentés de façon très synthétique avec une évaluation globale développement durable-mobilité.

Voici leur analyse :

Xavier Bonnefont (Peu d’espoir pour le vélo)

Cadre de vie : Accompagnements financiers des nouveaux commerçants, réhabilitation de certains quartiers prioritaires et travail sur la mixité sociale. Priorité sur la culture et le sport.
Écologie énergie : Renforcement de l’isolation des bâtiments scolaires, panneaux photovoltaïques sur les bâtiments, passage à de l’éclairage LED pour 7 M€. Passage au chauffage à bois de certains bâtiments.
Mobilité : Doublement du budget voirie mais pas d’objectif de voie piétonne et cyclable. Pas de réponse à la réduction de la place de la voiture en ville. Construction de plusieurs centaines de places de parkings voitures. Renforcement du transport public.

Françoise Coutant (Beaucoup d’espoir pour le vélo)

Méthodologie de l’expérimentation qui permet de mieux faire accepter les changements et de mieux les adapter.
Cadre de vie : Apaiser la ville en généralisant les zones de rencontres et les zones 30. Décourager les flux traversiers de circulation. Suppression de plusieurs parkings de surface. Réduire les accès voitures en particulier près des écoles. Mise en place de comités citoyens.
Écologie énergie : Objectif de réduire de 20% les émissions de CO² sur 6 ans, en particulier via l’isolation des bâtiments publics et le transport.
Mobilité : Signalétique généralisée des temps de déplacement piétons et vélo pour guider le public. Implantation d’un funiculaire pour faciliter l’accès au plateau à partir de parkings externes.

Martine Pinville (De l’espoir pour le vélo)

Cadre de vie : Revitaliser les quartiers, réhabiliter les friches, arrêter l’extension des nouvelles zones commerciales, organiser de multiples événements annuels. Éveil à la culture dans les écoles, tiers lieux d’exposition et de rencontre, création de maisons de services. Renforcer la propreté de la ville.
Écologie énergie : Rien de porté à notre connaissance.
Mobilité : Redonner l’accès aux piétons et aux cyclistes.